Nous l'avons dit, Smala est un jeu de pelote basque. Nous nous installons dans les villes où Abd el Kader et ses compagnons furent incarcérés pour tenter d'entrevoir en quoi et comment leur histoire et celle de la Smala résonnent avec l'actualité, urbaine, sociale, culturelle ou politique de ces villes. En somme, quel dialogue entre une urbanité nomade disparue au XIXe et des urbanités contemporaines.

Nous lisons les 61 lettres des prisonniers, des gardiens et gouvernements de 1848. Cherchons en quoi et à quoi elles pourraient faire échos ici, le foyer des chibanis ? Les barrières et digicodes qui entourent notre immeuble « résidentiel » et ceux que la politique de « résidentialisation » du quartier Berthe fait pousser autour des barres HLM ? Les rares vues que la Seyne-sur-mer offre du fort Lamalgue de l'autre côté de la rade ? Les histoires liées aux courriers qui s'échangent ou s'échangeaient entre ici et l'Algérie ? Les souvenirs du bidonville algérien ? Nous lisons, nous nous étonnons de la récurrence du terme « insurgé » pour qualifier les résistants algériens comme les émeutiers parisiens de 1848 ou ceux aujourd'hui de Tunis, d'Egypte ou de Libye. Nous nous étonnons encore quand le grain de l'autoroute reliant Marseille, d'où nous venons, à la Seyne-sur-mer, où nous sommes, fait jouer une partition musicale à notre véhicule.

Chto delat ? Que faire ? Nous commençons. Seule question viable avant de croiser une évidence plutôt que de la fabriquer. Nous commençons. Rencontrons les chibanis, la collection de photos de militaires africains de la première guerre mondiale du programmateur de l'espace Tisot. Faisons l'inventaire de ce qui physiquement signifie résidentialisation dans le quartier Berthe. Nous rencontrons le directeur de la poste, suivons dans sa tournée l'ouvrier en charge de l'entretien des boites aux lettres et digicodes de Berthe. Tentons d'initier une traversée du quartier par le courrier, la poste, la correspondance ou les mails envoyés depuis le call center du centre commercial ou la cyber base du quartier.