Au fond, tu vois, il y le clan des jeunes




Et puis devant, c’était ma bande. Mais pendant les travaux, on ne pouvait plus s’asseoir sur les bancs. Maintenant, ils sont abîmés. Le groupe était constitué de femmes entre 20 et 40 ans, toutes origines confondues ; algériennes, comoriennes, turques… avec des enfants. C’était l’aire de jeux pour les enfants. C’est mon territoire. C’est là où j’ai rencontré Gabi. Il est venu discuter avec nous. Et puis après j’ai rencontré le Cosmos Kolej. On a tout fait ici, on a mangé le couscous, etc. C’est aussi ici que Gabi a fait son banc. L’été c’était vraiment le coin des mamans.






Les arbres ici, c’est le coin des asiatiques. L’été ils attachent leur hamac aux arbres.




Ici, tu as le local des jeunes. La aussi, il n’y a pas d’interdiction, mais c’est un local pour les jeunes hommes. Les femmes n’y vont pas, et les vieux non plus d’ailleurs. Gabi a fait un banc avec ces jeunes.





Bon ben ici tu as le coin de l’association des femmes. Le local est là à droite et puis parfois elles sortent un peu devant.



Là, c’est un peu l’Europe. Les familles européennes vivent ici, parce que c’est en recul par rapport au reste du plan d’Aou. Ce sont les sociétés HLM qui ont générées ce retrait. Ils ont mis les gens dans des appartements tiroirs. C’est comme ça qu’ils appellent ces logements. Lorsque tu habites un immeuble qui va être détruit puis reconstruit et que tu es relogé dans cet immeuble, le temps des travaux, ils te placent dans des logements vacants, qu’ils appellent les logements tiroirs.




Le mur gris, c’est un lieu stratégique. Tout le monde passe par là ; aussi bien les hommes qui vont à la mosquée, que les femmes; C’est aussi le coin des jeunes. Et puis le gardien habite en face et comme tout le monde va voir le gardien.




Voici l’immeuble " Palm Beach ". On l’appelle ainsi, parce qu’il a été construit pour des gens de l’extérieur. Personne ne voulant habiter au plan d’Aou, ils ont décidé de le rendre accessible aux gens d’ici. Sauf qu’ils ne voulaient pas mettre n’importe qui. Alors ils ont envoyé une femme d’un bureau d’étude. Elle est passée voir tout le monde. Elle nous demandait nos papiers. Quand nous allions les chercher, elle en profitait pour regarder l’appartement, les meubles, la propreté, etc. Ensuite elle nous a rangé par couleur. Je crois qu’il y avait rouge, orange et vert. Moi j’étais rouge, mais lorsque je lui ai demandé à quoi ça correspondait, elle m’a répondu qu’il n’y avait rien de ce genre. Pour une autre, ils ont noté que c’était une femme isolée, avec un mari incarcéré et des enfants délinquants.